• Monnaie intérieure

     

    Cette année dans ma classe j'ai (spoiler, j'avais) de gros soucis d'enfants qui n'ont pas leur matériel, ce qui engendre beaucoup de déplacements pour aller en chercher en fond de classe, beaucoup de vols du matériel commun, et donc une ÉNOOOORME perte de temps, d'énergie et de patience.

    Après avoir tenté (en vain) de sensibiliser les parents au problème, j'ai du réfléchir à une solution au sein de la classe. 

     

    Jusqu'à présent j'étais très réticente quant à l'utilisation de monnaie intérieure. Parce que je ne veux pas que la classe devienne un supermarché, que la motivation intrinsèque disparaisse au profit d'une motivation parasite, parce que je voyais la monnaie comme le bon point de la pédagogie institutionnelle.


     

    Après une réflexion, et des échanges constructifs avec des membres de l'ICEM 11 (merci Benoît !), j'ai décidé de tester, mais dans un cadre très restreint. 

    Les enfants ont donc commencé par voter pour choisir leur monnaie. 

    Ils pouvaient proposer ce qu'ils voulaient, dragon, tigre, nénufar, panda, ... ils ont choisi mouton... arf posture anticapitaliste ?

    J'ai donc émis de la monnaie (bon, en vrai, j'ai juste photocopié des tableaux avec des images de moutons), pour l'instant billets de 1/2   1   2   5   et 10   moutons. 

    Pour éviter l'aspect carotte, j'ai instauré le revenu universel : 5 moutons pour chaque enfant le lundi matin. Aucun lien avec le travail, le comportement ou les métiers donc. C'est plus une allocation qu'un salaire. 

    Pour commencer, ces moutons ne servaient qu'à louer du matériel (c'était la raison d'être de son instauration) : 1/2 mouton par outil loué. Le matériel n'est plus en libre service (dommage, je préfère quand ça marche à l'autonomie et la confiance, mais là, ça ne fonctionnait pas) : pour le moment, c'est moi qui gère et note tout ce que je prête (j'espère pouvoir en faire un métier bientôt). Et je récupère tout en fin de journée. Plus de vols donc. Ni de discussions/disputes/bagarres en fond de classe. 

    La première semaine, ça a engendré beaucoup de bazar, ils étaient tout excités de dépenser leurs moutons, et certains cachaient leur matériel pour pouvoir venir en louer. 

    Jusqu'au premier marché : un vendredi sur 2, durant 15 minutes, les enfants peuvent vendre des choses qu'ils ont fabriquées (aucun objet du commerce, uniquement des créations) : origamis, jeux, masques en carton, petits livres, décorations en papier, pommes de pin peintes, ... ils ont de l'imagination).  

     

    Et là, ceux qui ont dépensé tous leurs moutons en location de matériel ne peuvent rien acheter... Et sont très frustrés (ne nous voilons pas la face, c'est le but).

     

    La semaine suivant le premier marché, les locations de matériel ont chuté de manière spectaculaire, passant d'une trentaine de crayons, colles, feutres d'ardoises, ..., à 5 ou 6 par jour. Et on a vraiment retrouvé de la sérénité à ce niveau-là. 

     

    Hier, les enfants ont fait remarquer en conseil que certains enfants étant très perturbateurs (coucou Zébulon), et gênant le travail, on pourrait leur faire payer leurs perturbations récurrentes. Ils ont fixé le tarif à 1/2 mouton, après 3 avertissements. 

     

    Je me fâche régulièrement à cause des défilés aux toilettes (les joies du CP, on ne sait jamais s'ils ne peuvent vraiment pas se retenir ou s'ils ont juste envie de se promener dans les couloirs, voire d'aller voler dans les cartables, autre problème récurrent dans ma classe). Ils ont donc proposé qu'aller aux toilettes pendant la classe coûte 1/2 mouton aussi. Ainsi ils peuvent quand même y aller si c'est urgent, mais ça fait réfléchir les adeptes de la ballade. 

     

    Je surveille ce fonctionnement de près, il me semble qu'il faut l'utiliser avec une grande prudence pour éviter les effets pervers. J'ai toujours des craintes, et entre autres que le fait de se vendre des choses au lieu de se les offrir induise des rapports moins spontanés et moins généreux. Pour le moment, je trouve que ça n'a pas vraiment d'effets négatifs de ce genre : souvent ils s'offrent ce qu'ils n'ont pas vendu, et le reste de la semaine je les vois toujours se faire des petits cadeaux. Mais je reste attentive à cet aspect. 

     

    Bilan de cette première période d'utilisation plutôt positif donc : 

    - les déplacements, vols, pertes de temps ont vraiment diminué, 

    - les enfants se sont approprié le fonctionnement et proposent des évolutions, 

    - les marchés ont boosté la créativité, ils se régalent d'inventer des choses, de chercher des idées, de s'appliquer pour que ce soit vendable (certains ont découvert avec étonnement que leur charisme ne suffit pas pour refourguer un gribouillage), et pour les plus chanceux, ils partagent des moments agréables avec leurs parents qui s'impliquent dans la préparation, 

    - ils ont envie d'échanger leurs idées, leurs techniques, demandent au copain/à la copine s'il/elle pourra leur montrer comment il/elle a fait, ou s'il/elle pourra faire un atelier au prochain festival de connaissances 

    - et, effet auquel je n'avais pas pensé, ils calculent: additions, soustractions, compléments, beaucoup d'opérations pas très motivantes "dans le vide", prennent du sens dans ce contexte. Quand j'ai donné 2 billets de 2 et 1 de 1 plutôt que 5 de 1 comme je le faisais auparavant, certains enfants m'ont interpellée : "Tu t'es trompée, tu m'as donné que 3 billets." On a donc pu travailler sur la valeur des billets. Et lors des marchés, même les élèves en difficulté ont envie de savoir si le copain leur a bien rendu leur monnaie. Les CP sont même à l'aise avec les 1/2 moutons. 

     
    « Le problème de Monsieur Rêveur

  • Commentaires

    1
    Samedi 17 Février à 18:35

    Je trouve ton idée vraiment extra, je la garde sous le coude si je reviens en élémentaire un jour. ^^

    2
    Samedi 17 Février à 19:26

    Merci !

    3
    karim
    Lundi 5 Mars à 18:22

    vraiment très bien je l'utiliserai

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :